Le château

Au commencement, le château était un château médiéval, appartenant à la famille de Ribeaupierre. En 1831, le château appartient à M. de Bazelaire, Conseiller à la Cour royale de Nancy. En 1856, Théodore Barbey, navigateur, (corsaire puissant et richissime, ayant prêté ses bateaux à Napoléon III pour la guerre du Mexique) devient propriétaire. Il construit alors le mur d'enceinte et le parc qu'il peuple de tortues. En 1894, M. Bois-Soudy, Juge au Tribunal civil de Saint-Dié l'achète avant de céder aux patrons de l'usine de tissage située en face, messieurs Geliot et Guillotin (ou Gillotin selon les sources), puis Kemph. La restauration en 1910 par la famille Geliot aurait coûté près d'un million de francs-or. En 1932, le château est vendu à l'Archvêché de Saint-Dié, qui fait construire dans le parc le Petit Séminaire Diocésain. En Juin 1944, le chanoine Renard, alors Supérieure du Séminaire se trouve expulsé avec tout le personnel, par trois généraux allemands qui y installent leur quartier général. En Novembre 1944, le château est dynamité par les allemands lors de leur repli.

 

Le petit séminaire diocésain : le séminaire Saint Louis de Gonzague

Le séminaire doit son nom au Saint Patron des Jeunes et des Novices. Saint Louis de Gonzague, né en 1568, fils aîné du Duc de Mantoue, est élevé pour succéder à son père qui règne en tyran, vit de débauche, et réprime dans le sang toute opposition. A 17 ans, le jeune Louis abdique ses droits d'aînesse, attiré depuis longtemps par la vie ecclésiastique, entre dans la Compagnie de Jésus (les jésuites) et se prépare à la prêtrise. Il est emporté le 21 Juin 1591 par le mal contracté en soignant les pestiférés avant même d'avoir prononcé ses vœux définitifs. Le Petit Séminaire accueillera des élèves de sa construction en 1932 jusqu'en 1944. Resté à l'état de semi-ruine après l'incendie provoqué par l'explosion du château en Novembre 1944, il devient la propriété du groupe Boussac en 1960. En 1978, la Commune de Saulcy rachète le bâtiment. La partie habitation est cédée par bail emphytéotique à l'OPAC afin d'y installer des appartements. Seul la partie arrière composée de la salle d'étude et de l'ancienne chapelle demeure propriété pleine et entière de la Commune.

seminaire2seminaire1seminaire3